Traitements laser proposés pour l’épilation

Nous utilisons 3 lasers épilatoires différents au sein de notre cabinet pour obtenir l’efficacité maximale avec la meilleure tolérance possible pour le patient.

Le médecin lors de la consultation initiale déterminera en fonction de la zone, de la couleur de peau, de l’attente du patient quel est le laser le plus adapté pour commencer les séances d’épilation. Par la suite également nous nous adapterons en fonction des résultats, des périodes de vacances du patient et de son exposition au soleil. C’est tout l’intérêt d’avoir différents lasers.

Combien de séances faut-il ?

Cela dépend de la zone. En général :

– 6 séances pour les aisselles, le maillot et les demi jambes.
– 10 séances plus une séance d’entretien annuelle pour le visage en moyenne.
– 6 à 8 séances plus une séance d’entretien annuel pour le dos des hommes car il s’agit d’une zone hormono-dépendante également

Pour quel résultat final ?

Sur les aisselles, le maillot et les demi jambes, on peut retirer jusqu’ à 95% de poils. Les poils restants étant trop fins et à la limite du duvet, très épars, ne nécessitent pratiquement plus de rasage.

Par contre sur le visage on ne termine jamais. Il est nécessaire de faire des séances d’entretien. Le rythme de l’entretien dépend du statut hormonal du patient.

Quels sont les risques ?

Les brûlures principalement mais ceci dépend surtout du respect des consignes par le patient notamment l’exposition au soleil.

Nous n’avons jusque-là dans notre centre que 0,4 % de brûlures sur tous nos patients.

Comment venir à la consultation initiale ?

L’idéal est de laisser pousser les poils pour que le médecin évalue la pilosité et la couleur des poils.

Peut-on faire une épilation sur du duvet ?

Non, le laser ne fonctionne pas sur le duvet car les poils sont clairs et ce ne sont pas des poils terminaux. S’il existe un poil noir au milieu du duvet il vaut mieux passer à l’épilation électrique.

Que faire sur les poils blancs ?

Là aussi il vaut mieux passer à l’épilation électrique après avoir épilé les poils noirs au laser.

Quels sont les contre-indications au laser ?

– Antécédents de mélanome
– Lupus
– Grossesse par précaution
– Epilepsie si celle-ci est mal contrôlée
– Prise de curacné dans les 6 mois bien que selon les dernières recommandations il semblerait que ça n’en soit plus une.

Que faire en cas d’hirsutisme ?

Le laser est le traitement principal mais certains lasers sont à éviter. Le Dr Cohen déterminera le laser le plus adapté à votre cas. Il faut également consulter un endocrinologue ou un gynécologue en cas de syndrome des ovaires polykystiques, car il vous donnera peut-être un traitement médical en plus du laser.

Faut-il faire une prise de sang avant de commencer ?

Le médecin déterminera s’il est nécessaire de vérifier le statut hormonal avant de commencer le traitement, surtout en cas d’hirsutisme. Il peut également vous prescrire une échographie à la recherche d’ovaire polykystique si besoin. Si vous avez des examens complémentaires ou une échographie, amenez-les à la consultation initiale.

Y a-t-il des cas où il ne faut pas réaliser d’épilation au laser ?

En dehors des contre-indications, si vous souhaitez épiler votre visage mais que vous n’avez jamais touché ni à la cire, ni à la pince ni au rasoir ou à la crème dépilatoire, le médecin vous déconseillera de faire du laser . La consultation initiale permet justement de bien poser l’indication et d’évaluer vos attentes, en vous exposant les résultats attendus.

Soleil et laser

Si le médecin préconise de faire les séances d’épilation à l’aide du laser Alexandrite, il ne faudra pas vous exposer au soleil le mois précédent la séance. Il ne faudra pas non plus réaliser de séance d’UV ou utiliser d’autobronzant. Le soleil de Paris est une contre-indication si vous vous êtes exposé plus de 2 heures sans protection (écran solaire indice 50+).

Si par contre le médecin préconise le laser YAG ou le laser Soprano, il ne faudra pas s’être exposé la semaine qui précède la séance.

Après la séance s’il n ‘y a pas de rougeur, vous pouvez vous exposez sans problème mais il faudra tenir compte des remarques précédentes en fonction de la date de la séance suivante.

Peut-on commencer l’épilation laser en été ou bien vaut-il mieux attendre l’hiver ?

Vous pouvez commencer vos séances d’épilation à tout moment dans l’année. Nous changerons de laser si besoin après vos vacances ou si vous vous êtes exposé au soleil. De toutes façons, le traitement complet s’étend sur un an, voir un an et demi. Nous serons donc obligé de continuer en été quelque soit la saison de démarrage des séances. Alors inutile d’attendre l’hiver pour commencer.

Peut-on faire les séances au rythme que l’on souhaite ?

Non, il y a un protocole de date et d’espacement des séances à respecter. Si on ne respecte pas ce protocole et que vous venez quand vous voulez ou quand vous pouvez, vous risquez de faire plus de séances au final. Vous risquez également de voir des poils pousser 2 ou 3 ans plus tard, alors qu’en respectant le protocole, le traitement peut durer 10 ou 15 ans voir plus, sans faire de séances d’entretien.

Ceci est dû au fait que si on espace trop les séances, on peut manquer un cycle pilaire et ne jamais tirer au laser au bon moment du cycle, d’où la repousse quelques années plus tard.

Ne vous inquiétez pas, le médecin ou son assistante sont là pour vous aider à programmer les séances au bon moment en fonction de tous vos impératifs (vacances, absences…).

A quel âge commencer l’épilation laser ?

De manière générale plus on commence jeune, plus il faudra de séances. La pilosité est hormono-dépendante sur certaines zones et il conviendra d’attendre la maturité hormonale. Il est toutefois possible de commencer des traitements chez les adolescents qui ont une forte pilosité mais le nombre de séances est incertain.

Quelle est la différence entre l’épilation laser et la lumière pulsée

De nombreux procédés d’épilation sont nommés abusivement « épilation laser » alors qu’il ne s’agit pas de la même technologie mais d’ipl.
Seuls les lasers sont suffisamment puissants pour détruire le poil définitivement.
Il est donc nécessaire que l’acte d’épilation au laser soit réalisé sous contrôle médical.

L’épilation à la lampe Flash (lumière pulsée ou IPL) est beaucoup moins efficace que le laser et présente plus de risque car non ciblée spécifiquement sur la mélanine, surtout avec les appareils les moins chers. Si l’on monte en puissance avec ce type d’appareil on augmente aussi la puissance sur d’autres cibles que la mélanine comme l’épiderme, les vaisseaux … avec une réel risque de brûlures voir de nécrose. La lumière pulsée émet une lumière avec différentes longueurs d’onde qui n’ont pas pour cible uniquement le poil c’est pour cela que cela ne fonctionne pas en épilation définitive.


Les lampes des instituts de beauté ou esthéticiennes sont souvent bridées pour limiter les risques de brûlures, il faut donc de très nombreuses séances pour un résultat qui reste souvent temporaire.

Comment réussir une épilation laser ?

L’efficacité de l’épilation dépend du phototype, du protocole de traitement et du laser utilisé. Le phototype est la couleur de la peau qui doit être pris en compte pour paramétrer le laser. Le protocole de traitement de l’épilation laser dépend :

  • De l’expérience du médecin qui fait l’épilation et des paramétrages pratiqués sur le laser utilisé, mais aussi du type de modèle de laser utilisé.
  • Du délai entre les séances : de 3 à 4 semaines entre les séances et de 11 à 12 semaines au maximum.

Est-ce que le laser fait mal ?

Non, les nouveaux lasers sont nettement moins douloureux qu’il y a quelques années. D’abord nous utilisons un Zimmer, c’est un appareil qui est couplé au laser et souffle de l’air froid en permanence pour protéger la zone épilée. Nous pouvons régler la force du Zimmer. Ensuite le protocole et la puissance utilisée ne sont pas les mêmes en première séance (lorsqu’il y a beaucoup de poils à retirer) qu’à la dernière séance. La puissance dépend du type de peau. On s’adapte à chaque patient et à chaque séance. Si le patient nous dit qu’il a mal, on augmente le froid. On peut aussi diminuer la puissance ou bien la taille du spot, cela diminue également la sensation.

Tout dépend aussi du laser utilisé. Avant d’acheter nos lasers, nous avons testé 7 lasers différents pour comparer l’efficacité et la douleur et nous avons choisi les 3 lasers que nous utilisons actuellement.

Même pour nos 3 lasers il y a des différences de sensations et on peut dire que le moins douloureux est le Soprano en mode SHR, ensuite l’Alexandrite et enfin le YAG.

La douleur n’étant pas le seul critère, le médecin vous expliquera les avantages et les inconvénients de chacun d’entre eux.

Attention, il existe des centres (pas en France à ma connaissance, mais dans certains pays) qui possèdent le laser Soprano pour sa réputation sur la douleur mais l’utilisent dans un mode de tir direct (ce qui permet d’écourter la séance), ce mode étant extrêmement douloureux, beaucoup plus qu’avec les autres lasers. Cela nous a été rapporté par plusieurs patientes.

De toutes façons comme dans tout traitement d’épilation laser, le prix doit vous alerter. Lorsque ce n’est pas cher et loin des prix habituellement pratiqués, c’est qu’il y a une raison…

En pratique nous n’avons à ce jour, constaté aucun arrêt de traitement chez un de nos patients pour cause de douleur sachant qu’il est toujours possible de changer de laser.

A noter aussi que le laser fait toujours beaucoup moins mal que la cire !

Faut-il mettre une crème anesthésiante de type Emla avant la séance ?

Non sauf pour le maillot car c’est une zone plus sensible. Mais si la patiente supporte la gêne (ce sont des picotements) on lui conseille même de ne pas en mettre pour les séances suivantes.
D’abord parce que l’Emla interfère sur les résultats car il peut subsister une fine couche qui diminue la pénétration du rayon laser qui est de quelques millimètres sous l’épiderme. Ensuite parce que l’Emla n’est pas complètement transparente et augmente le risque de brûlures comme avec toutes les crèmes.

C’est pour cela qu’avant chaque séance, il faut nettoyer la zone avec de l’eau micellaire pour éviter le risque de brûlure.

Y a-t-il un risque de cancer pour la peau avec le laser ?

Non, à ce jour aucun cas n’a été rapporté. Il existe un rapport de l’ANSES (L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) sur les risques du laser en médecine esthétique pour ceux qui veulent en savoir plus.

Le laser présente un recul d’utilisation de plus d’une quinzaine d’années et des millions de personnes ont été traitées à ce jour sans risque majeur rapporté.

Quelle est la formation du Docteur Cohen ?

Le Docteur Stéphane Cohen est médecin généraliste depuis 1998, diplômé de la faculté de Créteil. Il possède un Diplôme Universitaire de laser à visée esthétique de la faculté de Paris Descartes. Cette formation de 2 ans est spécifique aux lasers médicaux à visée esthétique et aux autres machines à visée esthétique : radiofréquence, cryolipolyse, ultrasons…
Il pratique le laser depuis 2013.
Son assistante est formée par lui-même et possède également une formation de manipulatrice laser.

Quel est l’aspect de la peau à la fin des séances de laser ?

Plusieurs mois après la dernière séance, la peau est toute lisse. L’emplacement des bulbes se referment et il n’y plus de points noirs.

Est- ce que le laser fonctionne sur les poils incarnés ?

Oui et très rapidement, c’est d’ailleurs la seule méthode pour s’en débarrasser.

En pratique

Avant chaque séance :

La peau doit être rasée (pas d’épilation à la cire ou pince). Ne pas s’exposer au soleil la semaine qui précède l’épilation laser.

Après chaque séance :

Ne pas s’exposer au soleil les 2 à 3 jours suivant sans protection. Ne jamais utiliser de cire ou de pince entre les séances.

Tout savoir sur les lasers épilatoires

Nous utilisons 3 lasers épilatoires différents au sein de notre cabinet pour obtenir l’efficacité maximale avec la meilleure tolérance possible pour le patient.

Le laser diode soprano XL 810 nm de chez ALMA LASER

Son principal avantage est qu’il est pratiquement indolore. On peut l’utiliser sur tout type de peau (du phototype I à VI , c’est-à-dire du patient blond , yeux bleus poils clairs jusqu’ au patient peau noire , yeux noires , brun) ou même sur peau bronzée.

En fin de traitement lorsque les poils sont très fins à la 5 eme ou 6 eme séance, les paramètres imposés par le constructeur ne nous permettent pas parfois de terminer aussi facilement avec le soprano qu’avec le laser alexandrite ou nd-yag et nous pouvons alors passer à un autre laser (alex ou yag).
Il n’y a pratiquement jamais de brulures avec ce laser.

L’ALEXANDRITE 755 nm (Elite de la société américaine Cynosure)

C’est le laser épilatoire le plus efficace sur les phototypes I et II. Les poils tombent en général de 3 jours à 7 jours après la séance. Il est plus douloureux que le soprano mais ceci dépend des zones traitées, des paramètres et du système de froid utilisé. Avec notre Zimmer (système de froid) la sensation est tout à fait tolérable. Son principal inconvénient est qu’il ne faut pas s’être exposé au soleil dans le mois qui précède la séance. Le risque de brûlure est plus élevé avec ce laser mais il faut compter un peu moins de séance qu’avec le soprano. Il agit directement sur la mélanine du poils et pénètre peu en profondeur.

Le LASER ND-YAG 1064nm (Elite de la société américaine Cynosure)

Il est réputé comme étant le laser des peaux mates et noires mais en fait on peut épiler tous types de peaux avec. Le risque de brulures est moins important qu’avec l’alexandrite car il pénètre plus profondément sous l’épiderme . Il permet de retirer des poils très fins, parfois impossible avec le soprano ou l’alexandrite. La douleur est par contre plus importante avec ce laser mais ceci est paramétrable. C’est le laser de choix des cas difficiles : hirsutisme, repousse paradoxale, rebond… L’exposition au soleil ou aux UV peut poser problème dans la semaine précédant la séance mais pas le mois comme l’alexandrite.

Le médecin lors de la consultation initiale déterminera en fonction de la zone, de la couleur de peau, de l’attente du patient quel est le laser le plus adapté pour commencer les séances d’épilation. Par la suite également nous nous adapterons en fonction des résultats, des périodes de vacances du patient et de son exposition au soleil. C’est tout l’intérêt d’avoir différents lasers.